white logo
chargement
Aller au contenu
Santé

Cardiomyopathie dilatée associée à l’alimentation chez le chien

L’alimentation canine associée à la DCM a été à l’avant-scène des médias provoquant confusion et préoccupations chez de nombreux parents d’animaux de compagnie. Nous nous faisons un point d’honneur de partager les dernières informations et de préciser que, depuis des années, la stratégie de formulation de la nourriture Vetdiet® fournit des nutriments sains pour le cœur.

La cardiomyopathie dilatée canine (DCM) est une maladie cardiaque chez le chien qui entraîne une hypertrophie du cœur laquelle évolue souvent vers une insuffisance cardiaque congestive. À mesure que le cœur et ses cavités se dilatent, le cœur a plus de difficulté à pomper, ce qui entraîne une accumulation de liquides dans l’abdomen et la poitrine. Les signes et les symptômes de la DCM comprennent une baisse d’énergie, de la toux, de la difficulté à respirer, des épisodes de collapsus et peuvent entraîner la mort s’ils ne sont pas traités suffisamment tôt. Il existe un lien génétique étroit avec cette maladie, car elle survient principalement chez certaines races de grande et très grande taille.

En juillet 2018, la Food and Drug Administration (FDA) a alerté les propriétaires d’animaux de compagnie et les vétérinaires des cas de DCM chez les chiens qui consomment certaines nourritures pour animaux contenant des légumineuses, des pois, des lentilles ou des pommes de terre comme ingrédients principaux. Ces cas étaient plutôt inhabituels puisque la DCM se produisait chez des chiens de petite et moyenne races qui n’ont généralement pas de prédisposition génétique à la DCM. Il a déjà été démontré qu’il existe un lien nutritionnel avec la DCM, car elle peut résulter d’une carence en taurine. La taurine est un acide aminé que l’on trouve dans la viande. Chez le chien, la taurine n’est pas considérée comme un nutriment essentiel, puisqu’elle peut être créée dans l’organisme à partir de la méthionine et cystéine, deux acides aminés. Lorsque la DCM nutritionnelle est diagnostiquée dès les premiers stades de la maladie, un traitement supplémenté en taurine peut réussir à inverser les effets.

Dans son communiqué de juillet, la FDA a indiqué que l’alimentation des cas signalés faisait fréquemment mention de pommes de terre ou de multiples légumineuses comme les pois, les lentilles, d’autres légumineuses et leurs protéines, amidon et dérivés de fibres comme ingrédients principaux. Le Center for Veterinary Medicine (CVM) de la FDA et le Veterinary Laboratory Investigation and Response Network (Vet-LIRN) ont étudié ce lien potentiel en exhortant les propriétaires d’animaux de compagnie et les vétérinaires à signaler les cas de DCM soupçonnés d’avoir un lien avec l’alimentation.

La FDA a publié deux mises à jour à ce sujet, la plus récente datant du 27 juin 2019. Dans cette mise à jour, la FDA a recensé 524 cas de DCM entre le 1er janvier 2014 et le 30 avril 2019 ; 498 de ces cas ont été signalés suite à la publication de juillet. Parmi ces cas, 91 % ont déclaré manger une nourriture étiquetée « sans grains » et environ 9 % ont mangé une nourriture contenant des grains, dont certaines étaient végétaliennes ou végétariennes. Les sources de protéines dans les régimes alimentaires rapportés variaient considérablement, aucune source de protéines animales n’étant prédominante. Bon nombre de ces produits contenaient des pois et/ou des lentilles, tandis qu’une plus petite proportion contenait des pommes de terre. La dernière mise à jour de la FDA mentionne également les marques de nourriture pour animaux de compagnie les plus fréquemment citées dans le rapport DCM qui leur a été soumis.

Chez Vetdiet®, nous suivons de près les dernières découvertes de la FDA et celles des chercheurs universitaires. Nous sommes conscients que la question de la DCM est source de confusion, comme elle l’est pour les nutritionnistes et les vétérinaires. Nous comprenons les préoccupations des parents d’animaux de compagnie à ce sujet et nous voulons être transparents quant à nos produits.

Chez Vetdiet®, nous formulons nos produits pour fournir les acides aminés essentiels provenant des sources de protéines animales telles que le poulet, le saumon, l’agneau, la farine de poulet, la farine de menhaden, la farine d’agneau et le produit d’œuf déshydraté. Nous équilibrons ces acides aminés avec des protéines végétales provenant de protéines de pois et de pommes de terre. Pour assurer un équilibre nutritionnel optimal, nous ajoutons des acides aminés dont la lysine, la méthionine, la taurine et la L-carnitine à des niveaux efficaces. Ces acides aminés ajoutés sont au cœur de notre stratégie de formulation depuis de nombreuses années.

La lysine est un acide aminé essentiel. Si elle n’est pas fournie en quantités adéquates dans l’alimentation, la synthèse protéique est limitée à la vitesse à laquelle la lysine est disponible. En d’autres termes, même si une alimentation est riche en protéines globales, que les acides aminés ne sont pas bien équilibrés, seule une fraction des protéines totales sera disponible pour utilisation. En ajoutant de la lysine à notre nourriture, nous nous assurons que toutes les protéines de notre alimentation sont disponibles. Toute notre alimentation est également enrichie en taurine et en méthionine à des niveaux efficaces pour favoriser une fonction cardiaque saine chez les chiens, car nous savons qu’une carence en taurine peut entraîner une maladie cardiaque. Nous fortifions également notre nourriture avec de la L-carnitine, qui est nécessaire à la fonction cardiaque normale et qui, en cas de carence dans l’alimentation, peut conduire au DCM.

Dans le cadre de notre engagement continu envers la recherche, nous menons une étude universitaire à long terme sur l’alimentation qui compare les effets biologiques de notre stratégie de formulation d’acides aminés sur la santé cardiaque des chiens de grande race. Nous planifions publier les données une fois l’étude terminée. Nous avons également une collaboration à long terme avec la fondation Mira, qui nourrit des centaines de chiens avec nos produits, et ce, sous les soins de leur vétérinaire interne, la Dr Paule Jacques, qui est également membre de notre Comité Aviseur santé et nutrition. Cela nous permet d’avoir un regard constant sur la performance de nos nourritures.

Pour obtenir l’information actuelle, exacte et non biaisée sur la question de la DCM, le site web de la FDA est la meilleure ressource. Si vous craignez que votre chien souffre de DCM, nous vous encourageons à consulter ce document de l’Université de Californie — Davis qui souligne les précautions que vous pouvez prendre pour la santé de votre chien.

Haut de page