white logo
chargement
Aller au contenu
Nutrition

Antioxydants

Pourquoi les antioxydants sont-ils importants pour votre chien et votre chat?

Vous avez peut-être déjà entendu parler des antioxydants, mais saviez-vous qu’ils sont aussi importants pour votre chien et votre chat ? En saisissant mieux ce qu’ils sont et l’impact qu’ils ont sur la santé de votre animal, vous serez en mesure de choisir plus facilement les aliments susceptibles de lui assurer la meilleure vie qui soit.

Que sont les antioxydants ?

Les antioxydants sont des molécules qui inhibent l’oxydation d’autres molécules, provoquant ainsi un large spectre d’actions protectrices dont les organismes peuvent se servir pour combattre les radicaux libres. Les antioxydants se lient aux radicaux libres en donnant l’un de leurs propres électrons, ce qui a pour effet de stopper la réaction et ainsi potentiellement réduire les dommages faits aux cellules. Stable sous toutes ses formes, l’antioxydant ne se transforme pas en radical libre en faisant don de ses électrons. Il reste simplement hors service jusqu’à ce qu’il soit à nouveau rechargé. On estime que chaque cellule est affectée 10 000 fois par jour par le stress oxydatif en provenance des radicaux libres errants. Les antioxydants sont donc essentiels pour prévenir les dommages cellulaires, « nettoyant » ou « éliminant » les radicaux libres avant qu’ils ne soient en état de nuire. Étant donné l’omniprésence des radicaux libres, l’organisme compte sur deux types de systèmes antioxydants. Le premier est un ensemble d’enzymes. Certaines enzymes antioxydantes transforment en effet les radicaux libres en inoffensives molécules d’eau ou d’oxygène. D’autres détériorent les protéines et les graisses oxydées ou découpent et remplacent les morceaux d’ADN endommagés. Le deuxième type d’antioxydants est celui qui est introduit dans le corps par l’alimentation. La vitamine A, la vitamine C, la vitamine E et le sélénium sont toutes des vitamines qui agissent comme antioxydants. La lutéine, le lycopène, les caroténoïdes et les polyphénols sont aussi des substances qui agissent à titre d’antioxydants. Les caroténoïdes peuvent par exemple agir comme agents chimiques d’extinction des radicaux libres par transfert d’électrons après modification structurelle.

Le corps d’un chien ou d’un chat devient naturellement rouillé au cours de sa vie, comme le métal, par le simple phénomène du vieillissement ou à cause de certains facteurs environnementaux.Les radicaux libres sont ceux qui causent cette rouille; les antioxydants, l’antirouille.

Comment les antioxydants agissent-ils dans le corps de mon chien ou de mon chat ?

Les radicaux libres se forment au rythme des fonctions corporelles normales, par exemple lorsque les cellules brûlent de la nourriture pour produire de l’énergie et même lorsque l’organisme combat des bactéries ou des virus. Dans ces cas dits normaux, les radicaux libres n’ont pas d’incidence néfaste. Cependant, nos animaux de compagnie peuvent être exposés à certains facteurs externes pouvant eux aussi déclencher la production de radicaux libres. La pollution, le stress environnemental, une exposition excessive à la lumière, les produits chimiques, une alimentation malsaine, une routine d’exercice déséquilibrée, certains médicaments et/ou traitements (pour ne nommer que ceux-là), créent un surplus de radicaux libres dans leur corps. Ce déséquilibre entre la production de radicaux libres et la capacité du corps à contrer ou à détoxifier ses effets néfastes par l’effet neutralisant des antioxydants est ce qu’on appelle le stress oxydatif. Le vieillissement et les maladies liées à l’âge (arthrose, neurodégénérescence, cancers, maladies cardiovasculaires) reflètent l’incapacité des défenses antioxydantes de l’animal à faire face au stress oxydatif avec le temps. Les radicaux libres sont le plus souvent impliqués dans le développement des maladies et des dommages cellulaires qui entraînent le vieillissement, alors que les antioxydants sont intimement impliqués dans leur prévention.

Lorsqu’une pomme est coupée en morceaux, une enzyme (polyphénol oxydase) se libère des cellules de la pomme et entre en réaction avec l’oxygène contenu dans l’air : ce qui fait brunir le fruit, réaction semblable à la formation de la rouille sur un métal. Le jus de citron peut empêcher cette réaction parce qu’il contient de l’acide ascorbique (vitamine C). L’acide ascorbique réagit le premier avec l’oxygène, empêchant ainsi le polyphénol oxydase de le faire. Et la pomme ne brunit pas !

Pourquoi la nourriture pour animaux de compagnie devrait-elle contenir des antioxydants ?

Une alimentation riche en antioxydants peut être bénéfique pour les chiens et les chats.

Même si les animaux de compagnie tels que les chiens et les chats ont déjà des mécanismes de défense naturels qui réduisent l’impact des radicaux libres sur leurs cellules, les antioxydants alimentaires leur sont tout de même bénéfiques. De nombreuses plantes contiennent des composés naturels tels que des flavonoïdes et des polyphénols qui leur permettent d’agir comme antioxydants. Divers fruits et légumes ont été analysés par des scientifiques pour mesurer leur pouvoir antioxydant ou leurs unités ORAC (oxygen radical absorbance capacity, c’est-à-dire la capacité d’absorption des radicaux oxygène), une valeur ORAC élevée indiquant une activité antioxydante élevée. Ainsi a-t-on découvert qu’avec leur haute teneur en phytonutriments (flavonoïdes, entre autres), les petits fruits et les baies sont d’excellentes sources d’antioxydants qui peuvent améliorer la mémoire des chiens1. Les caroténoïdes (pigments rouges, jaunes et orange que l’on retrouve dans des aliments d’origine végétale comme les carottes et les tomates) détiennent également un puissant effet antioxydant. Et il a été démontré que le bêta-carotène alimentaire stimule les défenses immunitaires naturelles chez les chiens2.

L’absence d’antioxydants dans la nourriture pour animaux de compagnie peut provoquer une sérieuse détérioration des aliments

Sans antioxydants, les graisses contenues dans la nourriture pour animaux de compagnie deviennent rances en très peu de temps. Les chats et les chiens n’aiment pas la nourriture rance; elle sent mauvais et a encore plus mauvais goût. Elle peut également causer de dangereux problèmes de santé.

Les graisses rances sont des graisses qui ont été exposées à l’oxygène et qui ont subi un processus d’oxydation. Elles perdent leur valeur nutritive, détruisent les vitamines et les antioxydants et constituent un terrain propice à la prolifération des bactéries. Un aliment qui contient des graisses rances peut devenir toxique et causer diarrhée, problèmes rénaux et cardiaques, dommages cellulaires, cancers, arthrite et même la mort.

Les causes du rancissement oxydatif

Plusieurs facteurs affectent la stabilité oxydative des graisses. La lumière, la température, la présence de métaux de transition et d’oxygène dans l’air, ainsi que la composition en acides gras peuvent augmenter le taux d’oxydation des lipides. Les graisses deviennent par exemple plus sensibles à l’oxydation à mesure que le niveau d’insaturation et la longueur de la chaîne des acides gras augmentent. Cela signifie que des huiles comme l’huile végétale et l’huile de poisson, plus insaturées, sont aussi plus sensibles au rancissement.

Quels antioxydants devraient se trouver dans la nourriture pour chiens et chats ?

Afin de prolonger la durée de conservation des ingrédients et aliments pour animaux de compagnie, il est utile d’ajouter des antioxydants aux matériaux sensibles. Les antioxydants y sont donc classés comme des additifs et définis tels que des substances retardant le processus de dégradation oxydative des aliments pour animaux, améliorant ainsi leur stabilité oxydative. Les antioxydants chimiques que l’on retrouve le plus souvent dans la nourriture pour animaux de compagnie sont l’ethoxyquine, l’hydroxyanisole butylé (BHA) et l’hydroxytoluène butylé (BHT). Les agents de conservation naturels, comme la vitamine E (généralement appelée tocophérols mixtes) et la vitamine C (aussi appelée acide ascorbique) sont utilisés dans les aliments de meilleure qualité. Les extraits de plantes, comme l’extrait de romarin, résidu huileux dérivé des feuilles du romarin, aident à prévenir l’oxydation des graisses et protègent les saveurs. Certains fruits comme le bleuet, la canneberge, la pomme, la mûre ou la grenade sont aussi des antioxydants naturels. Dans d’autres cas, ce sont des agents chélateurs tels que l’acide citrique ou phosphorique qui sont ajoutés pour lier les ions chargés positivement des métaux de transition et retarder le processus de détérioration.

Comment devrions-nous gérer la nourriture pour animaux de compagnie de sorte à en préserver la qualité ?

Une fois que l’oxygène et la lumière atteignent la croquette, le processus chimique d’oxydation se met en branle. Cette série de réactions chimiques aura pour effet de diminuer la teneur en vitamines et finira par faire rancir les huiles et les graisses.

  • Peu importe la nourriture que vous choisissez, assurez-vous de vérifier la date de péremption sur l’emballage.
  • Assurez-vous également de refermer le sac de nourriture hermétiquement après chaque utilisation.
  • Si vous désirez conserver la nourriture dans un contenant de plastique, laissez celle-ci à l’intérieur du sac, puis placez le sac dans un contenant en veillant à ce qu’il soit opaque et scellé. N’entreposez jamais la nourriture à la lumière du soleil ou à la chaleur, car cela pourrait accélérer le processus de décomposition et détruire les vitamines et les nutriments.
  • Conservez la nourriture dans un endroit frais et sec afin de préserver son intégrité.
  1. Fragua, V., Lepoudère, A., Leray, V., Baron, C., Araujo, J., Nguyen, P., & Milgram, N. (2017). Effects of dietary supplementation with a mixed blueberry and grape extract on working memory in aged beagle dogs. Journal of Nutritional Science, 6, E35.
  2. Chew, B., Park, J., Wong, T., Kim, H., Weng, B., Byrne, K., Hayek, M., Reinhart, G. (2000). Dietary b-carotene stimulates cell-mediated and humoral immune response in dogs. The Journal of Nutrition, 130, 8, p.1910-1913.
Haut de page